3 photos

Depuis qu’il pratique la peinture, les moyens de communication et les transports en commun sont des sujets rĂ©currents dans la dĂ©marche de Daniel Fauville. Lourdes embarcations Ă©chouĂ©es, les quatre pĂ©niches que l’artiste rĂ©alise pour Fluide sont une invitation au voyage, Ă  une rĂŞverie au bord de l’eau. La fonte traduit la massivitĂ© de ces bateaux tandis que la matière rugueuse et rouillĂ©e leur donne des allures d’un autre temps. Tels des artefacts, ces masses inertes tĂ©moignent de la sueur des hommes travaillant le mĂ©tal en fusion dans les hauts-fourneaux de la rĂ©gion. Leurs formes simples et universelles en font un emblème, une stèle, le monument d’une Ă©poque rĂ©volue et pourtant si proche de nous. Elles rappellent Ă©galement la forme du berceau ou du sarcophage, lĂ  oĂą naissent et meurent les rĂŞves. A Thuin, ville de bateliers, ces pĂ©niches suggèrent la rencontre, les dĂ©couvertes et les Ă©changes qui se produisent tout au long du parcours. Ensemble, ils sont les Gardiens du fleuve, le fleuve de la vie, celui de la ville, de l’histoire, de la mĂ©moire, de l’industrie batelière et mĂ©tallurgique,  du voyage et du commerce de la citĂ©.