1 photo

Naissance de la navigation sur la Haute-Sambre.
On peut réellement attester d’échanges commerciaux sur la Sambre entre Thuin et Maubeuge depuis les Romains.
Cependant, la navigation sur la Sambre restera très dangereuse et aléatoire car elle est « sauvage » jusqu’à sa canalisation sous le Régime Hollandais entre 1824 -1829.
Ces grands travaux par la mise en place de barrages, chemins de halage , biefs et écluses permettront de maîtriser la rivière et ainsi assurer une navigation constante.
Quelques années plus tard, une voie « royale » a été créée jusque Paris afin d’exporter le charbon.
La Sambre devient alors une artère commerciale incontournable …
De + en + de péniches sont utiles pour transporter de grandes variétés de marchandises provenant de la région Thuin-Charleroi, telles que du charbon, des pierres, du bois, …
Afin de construire et entretenir cette flotte de péniches, 15 chantiers navals se développeront sur la Haute-Sambre.
Le plus fameux d’entre eux fut le chantier Michot. On y construisit de 1850 à 1963 : 144 péniches en bois et 188 bateaux en fer et automoteurs (le chantier Michot repris ensuite par la famille Ducoffre était en activité jusque fin 2003).
Les péniches construites dans ce chantier portent la marque de fabrication à la proue ;  deux « Fleurs de Lys ».
En 1936, Thuin comptait 1104 chefs de famille bateliers pour une population d’environ 5000 habitants. Ce qui positionne Thuin comme 2e ville fluviale de Belgique après Anvers.

Sandrine MAQUET

Livres - Références

Oeuvre(s) exposée(s)

Arts actuels en terre médiévale